la maman et la putain
« J’ai rencontré Pierre grâce à Jack Nicholson, à New York je crois. En 1966-67, Jack et moi écrivions mon premier film (..) Nous avions donc une relation de travail qui s’est transformé en une longue amitié. (...) Quelques années plus tard, j’ai donné 60 000 dollars à Pierre. Il a pris l’argent pour faire La Maman et la putain. Je n’ai jamais lu le scénario, je n’ai eu aucun contact pendant la fabrication du film. c’était une philosophie partagée à l’époque : laisser faire les cinéastes. leur ficher la paix. Quand j’ai fini par voir le film, j’ai vu Eustache, pour la deuxième ou troisième fois peut-être, simplement pour lui dire : merci (...) »
Bob Rafelson, Cahiers du Cinéma, septembre 2015

 

« (…) « C’est quand même un film d’époque, un film qui montre ce qu’étaient les événement de Mai 68 du point de vue de 1972. More aussi, c’était un film d’époque, dans un certain sens. On essaie toujours, dans un certain nombre de films dont je me suis occupé, d’écrire une époque révolue, de savoir ce qui est révolu dans ce qu’on va montrer, ce qui n’a plus cours. » ;
Interview Jacques Richard, Radio Libertaire, juin 2011

-->